Effroyables jardins (2003)

Toutes les erreurs





 
Jaquette de Effroyables jardins
Réalisé par Jean Becker

Jacques Villeret : Jacques Pouzay
André Dussollier : André Designy
Thierry Lhermitte : Thierry Plaisance
Benoît Magimel : Emile Bailleul
Suzanne Flon : Marie Gerbier

Tags : jardins , lhermitte , becker , dramatique
 




 
Continuité
L'instituteur Pouzay montre à ses élèves ses nouvelles chaussures de clown, pourtant celles qu'il portent au spectacle sont différentes.
Ajoutée le 25 Nov 2003
Minutage :  00:08:28
 

 
Anachronisme
Le train qui fait le convoi quand ils jettent les bouteilles est une 141 R, c'est une locomotive qui est arrivé en france en 1946/1947. Il est donc impossible de les trouver en france en 1943 surtout pour faire un convoi allemand.
Ajoutée le 03 Dec 2006
Minutage :  00:15:58
 

 
Continuité
Lorsque les deux amis jettent des bouteilles de vins sur le train, on peut voir un Allemand sortir de la tourelle du wagon blindé alors que l'image précédente, il était déjà sorti.
Ajoutée le 25 Nov 2003
Minutage :  00:16:27
 

 
Anachronisme
Lorsque le train tracté par une machine à vapeur quitte la gare, on voit un signal (équivalent des feux rouges routiers) du type 'panneau lumineux'. Or cela n'a existé qu'à partir des années 60.
Ajoutée le 24 Oct 2003
Minutage :  00:16:37
 

 
Continuité
L'officier Allemand demande aux deux coupables de se dénoncer, or personne ne peut savoir qu'effectivement ils étaient deux.
Ajoutée le 25 Nov 2003
Minutage :  00:30:03
 

 
Anachronisme
La structure du réseau électrique basse tension n'est de cette époque. Présence de cables.
Ajoutée le 23 Jan 2013
Minutage :  00:35:31
 

 
Continuité
Selon les images, Thierry Plaisance n'a pas les même marques de boue sur le visage.
Ajoutée le 25 Nov 2003
Minutage :  00:35:51
 

 
Observation
Vers la fin, lors de la fête de libération, Plaisance présente sa fiancée et dit 'Je vous avez dit que je me caserai'. Il a déjà dit, quand il était dans le trou, qu'il avait une fiancée. fidèle.
Ajoutée le 19 Jun 2004
Minutage :  01:18:33
 

 
Anachronisme
Les deux compères circulant à tandem, passe devant une maison pourvue d'une boite aux lettres aux normes de La Poste datant des années 90, or l'action se situent en 1945.
Ajoutée le 25 Nov 2003
Minutage :  01:18:52
 

 
Continuité
Les deux compères vont voir madame Gerbier après leur libération , vingt ans après on voit Mme Pouzay aller chercher la vieille dame, on peut constater que la végétation n'a pas changé en 20 ans, on peut par exemple voir le même tronc de vigne vierge sur le mur de la maison.
Ajoutée le 25 Nov 2003
Minutage :  01:18:57
 

 
Continuité
Vers la fin du film, l'instituteur Jacques Pouzay et son ami André Designy vont voir madame Gerbier après leur libération. La poignée de la porte est à gauche et donc la porte s'ouvre de gauche à droite, mais lorsqu'ils reviennent quelques instants plus tard, Mme Gerbier ouvre cette même porte de droite à gauche, avec la poignée à droite.
Ajoutée le 19 Jun 2004
Minutage :  01:23:40
 

 
Tournage
A la fin quand Jack fait son numéro, la caméra se braque sur André. On voit dans ses lunettes les lumières de tournage se refléter.
Ajoutée le 03 Aug 2004
Minutage :  01:28:17
 



Autres films du même genre :

 

Retour haut de page